Diagnostic immobilier Longwy Diagnostic immobilier Longwy

contact[at]lacharquillotte.fr

Bureau Meuse

Tél. 09 71 16 23 03

Portable 06 21 95 28 33

Bureau Meurthe
et Moselle

Tél. 09 71 16 23 03

Portable 06 21 95 28 33

Contactez-moi
Diagnostic immobilier Thionville

Bureau Meuse / Meurthe et Moselle

Tél. 09 71 16 23 03

Portable 06 21 95 28 33

Contactez-nous
Espace Client

Contrôle des désordres du bâti/humidité/Ventilation

Le contrôle des désordres du bâti est préconisé avant de mettre en chantier la réhabilitation ou l’entretien d’un bien immobilier.

En effet, les bâtiments anciens ont souvent été construits avec des matériaux de proximité, sujets à des dégradations dues aux conditions climatiques ou à l’usure.

Les propriétaires ou leurs représentants (architectes, maîtres d’ouvrage, artisans…) doivent adapter la construction aux conditions actuelles.

Le contrôle des désordres du bâti s’applique en 3 étapes : le pré-diagnostic qui évalue l’état du bâtiment et qui définit les aspects du travail pour les études de toutes les disciplines, les études pluridisciplinaires comprenant les tests et les analyses des désordres et qui serviront de guide aux corps de métiers, et enfin le diagnostic qui récolte toutes les informations et qui détermine les besoins d’intervention.

Le diagnostiqueur immobilier liste les travaux (réparation, consolidation et amélioration des matériaux dégradés), et veille à la bonne réalisation des chantiers.  

-----------------------------------------

Les phénomènes de condensation et problème de moisissure et d’humidité

Pont thermique, ventilation, humidité ambiante etc.

 Moisissure et d’humidité

L’intérieur d’une habitation est toujours soumis à de multiples variations qui peuvent influer sur la structure. C’est le cas avec les moisissures et l’humidité. Celles-ci sont fréquentes dans les pièces d’eau, mais également au plafond, notamment à la jonction avec les murs et dans les angles. En même temps que les travaux de rénovation, il est impératif d’en trouver l’origine et de réaliser les réparations.

Point de rosée

Le point de rosée permet de mesurer à quelle température l’air devient saturé en humidité. Il est donc essentiel pour savoir le degré de confort d’un appartement. En effet, si la température ambiante et le point de rosée sont de même valeur, la saturation de l’air est atteinte et le taux d’humidité peut s’élever à 100% parce que l’air ne peut plus contenir de vapeur d’eau additionnelle.

 

Il est indispensable afin d'en trouver la cause de faire une étude:

 Hygrométrique avant tout projet d’isolation intérieur, en cas désordre constaté moisissures taches humide humidité localisée etc.

Réaliser un relevé des flux d'air et autres.

Faire un  calcul du point de rosée.

Localiser et cartographier la condensation  qui s'installe sous forme de rosée sur les surfaces des objets, mobilier, sur le sol ou sur les murs intérieur ou extérieur d’un bâtiment.

En bref, tout ce qui favorise l’humidité et la formation des spores de moisissure qui sont néfastes pour l’organisme.

Dans toutes situation et présence de moisissures ou autres taches humide, il n'y à pas de solutions standard chaque problématique à sa réponse, et pas forcement ce que l'on pense.

Ex: un pont thermique en angle vient-il d'un manque d'isolation, d'une remontée capillaire ou simplement d'un flux d'air transporté par une gaine électrique non obturée traversant la façade?

(Liste non exhaustive des problématiques pouvant êtres rencontrées bien entendu!)

Nous avons les compétences et le matériel adapté pour chaque situation.

Matériel embarqué

Matériel de mesure et moyen d'investigation:

Inspection visuelle non destructive (petit démontage) - mesures d'humidité relative - imagerie infrarouge - et tout moyen utile à la recherche.

Caméra thermique: FLIR T440bx et FLIR Eb60, Thermomètre/hygromètre/humidimètre:FLIR M0290, Contrôle humidité relative, et matériaux: EXTECH MO55, Contrôleur point de rosée: AMPROBE TH1, Enregistreur de température (Datalogger):EXTECH Th10 et RHT10, Thermo-anémomètre: Testovent417, jauge Pitot fil chaud et Extech, liste non exhaustive.

 

-----------------------------------------------------------

Relevé d’hydrométrie et cartographie de l’humidité.

Deuxième technique dans l'ordre de la recherche, elle permet à l'aide d'appareils spécifiques de déterminer les zones d'humidité. Rapprochée de la visualisation des réseaux d'eau, elle permet de définir les origines potentielles du dégât des eaux.

La détection rapide de la teneur en eau de plusieurs types WCCD et autres matériaux de construction sans endommager la surface en utilisant la technologie de mesure avec ou sans aiguille

 

------------------------------------------------------

Nos sélections de prestations et recherches réalisées:

1 - Etude humidité et temperature d'un local suite à conflit locataire propriétaire

2 - Mesure sur place et étude de la ventilation du local, isolation amenée d'air et  verification du flux d'air intérieur.

3 - Mise en place de Datalogger pour mesure permanente avec prise de16000points de mesures(T° haute et basse; Humidité relative RH de la pièce; calcul du point de rosée et verification des delta) . Mise en place dans le local incriminé sur 2 semaines et analyse des diagrammes(caution de 100€ par Datalogger demandé avant pose)

Retour terrain diagramme 1

On peut voir la fluctuation d'humidité, le responsable de ceci et le séchage du linge dans la même pièce, ajouté à l'activité humaine et son dégagement d'humidité supérieur de 4 fois le taux normal. Sans ventilation efficace, les champignons et moisissures s'installe en angle de murs sol plafonds fenêtres, selon ponts thermiques en présence.

 

Retour expériences terrain 01/03/2017

Quelle est le problème?

Pont thermique important au départ de l'angle droit de la porte d'entrée

Terrain humide, on voit le sol imbibé d'eau dans la zone de la fosse septique, ce qui agrave le problème local.
 

Problème ciblé: Présence d'un vide sanitaire en saturation d'eau et absence de ventilation côté facade avant (NE)

 

Retour expériences terrain 18/02/2017

Recherche de fuite, qui ce solde par un désordre du bâti suite à une sur-occupation du logement, encombrement important par divers mobilier et autre, manque de chauffage, et renouvellement d'ait absent. Hygrometrie de 84 à 98% sans possibilité de renouvellement d'air, dégradation des murs et chute de mobilier en hauteur, après saturation de l'humidité dans les murs.

 

 

 

Quels sont les causes et les désagréments d'une forte humidité ?

L'humidité s'immisce un jour dans votre maison, votre appartement ou votre garage, et le cercle vicieux démarre. Malheureusement, il est souvent trop tard pour lutter efficacement contre. C'est pourquoi il est toujours préférable d'anticiper la détection d'une trop forte humidité en sollicitant le diagnostic d'un professionnel, car cela facilite l'identification de la cause du problème : plus la prise en charge par un spécialiste est précoce, moins les solutions sont contraignantes. D'où cette question essentielle : à quoi reconnait-on un problème d'humidité ?

L'humidité peut résulter de la vétusté de l'habitat

Une étanchéité perfectible de la salle de bain, les joints de la plomberie, une mauvaise ventilation de la cuisine sont autant de cause d'humidité. Un problème d'humidité peut d'ailleurs jusqu'à mettre en défaut l'ensemble de l'isolation de la maison. Une infiltration peut également s'expliquer par la rupture ou la fuite d'une canalisation, la dégradation de la toiture (tuile sectionnée ou déplacée, mauvaise installation d'une antenne ou d'une fenêtre, l'usure naturelle). Les façades peuvent subir des dégradations liées au vent, à la pluie, aux écarts de température. Si la maison est située dans une cuvette ou sur un terrain traversé par de l'eau en profondeur, alors il s'agit plutôt d'un problème d'humidité remontant par capillarité, et dans ce cas, le diagnostic se porte sur la perfectibilité du dispositif d'évacuation.

L'humidité s'accompagne d'une forte condensation

Si le taux d’hygrométrie de l’air est élevé, alors il y a risque de condensation. La condensation caractérise la transformation de la vapeur d'eau contenue dans l'air en eau : elle se constate par l'apparition de buée sur les vitres ainsi que de moisissures sur les murs. Elle est la conséquence directe de l'excès d'humidité : le manque d'aération (absence de VMC), une surface froide (notamment si elle est exposée au nord) présentant une forte différence de température avec l'air ambiant, et surtout la production de vapeur dans la vie quotidienne (en particulier, dans la cuisine et la salle de bain : une casserole d'eau bouillante, une cuisson, un bain chaud, une activité physique soutenue) en sont les premières causes.

L'humidité occasionne des troubles de la santé

Une trop forte humidité peut entraîner de réelles complications pour la santé, jusqu'à rendre l'habitat insalubre pour ses occupants. Une humidité non maîtrisée dans un logement est un fléau puisqu'elle encercle ses habitants : elle occasionne en particulier des troubles respiratoires (asthme, bronchite, rhinite) et des allergies du fait de la propagation d'acariens et de particules en tout genre. Les personnes âgées exposées, beaucoup plus sensibles, risquent de développer de l'arthrose ou des rhumatismes.

L'humidité détériore le confort et l'habitat

Rien n'échappe à l'humidité, pas même le mobilier ou le textile. Les préjudices sont nombreux : la moquette et les tapisseries se décollent, les parois sont détériorés, les enduits se décollent, les plinthes ondulent et des taches noires (en extérieur, il s'agira plutôt de mousse ou de salpêtre) se créent dans les angles du plafond, derrière les rideaux, à proximité des fenêtres, favorisant la prolifération de champignons microscopiques. L'humidité a aussi un coût : elle entraîne bien souvent une augmentation de la consommation de chauffage. Le confort est donc amplement entaché, d'autant qu'un dégagement d'odeur désagréable est aussi à déplorer. Plus grave, cela peut entraîner une dégradation de l'état des charpentes ou des dommages dans sa structure.

Ventilation : une obligation légale

Une mauvaise ventilation est la cause la plus courante d'humidité dans une maison. C'est aussi la cause la plus facile à détecter et à résoudre.

Il est bon de rappeler que la ventilation est une obligation légale pour toutes les constructions depuis 1982. Les textes imposent notamment « une aération générale et permanente ».

Le minimum requis est une circulation d'air entre des entrées d'air situées dans les pièces principales (séjour, chambres, etc.) et des sorties dans les pièces de service (cuisine, salle de bains, WC, buanderie).

Cependant, la façon la plus efficace d'assurer une ventilation permanente reste la VMC.

Mauvaise ventilation : des conséquences sur votre santé

Une mauvaise ventilation engendre une hygrométrie excessive qui a pour conséquences de favoriser l'apparition de condensation, de moisissures, de bactéries, etc.

Une humidité excessive n'a pas donc seulement des conséquences néfastes sur votre logement, elle peut aussi provoquer ou aggraver des problèmes de santé.

Une mauvaise ventilation peut ainsi entraîner des allergies :

Ces allergies provoquent des symptômes qui vont de l'irritation aux allergies respiratoires (bronchite, asthme...) et touchent en particulier les enfants.

Une mauvaise ventilation peut également être à l'origine de problèmes articulaires : arthrose, arthrite, rhumatismes...

 

Conséquences sur votre maison

Une maison saine a besoin d'une bonne ventilation. À défaut, les conséquences risquent de vite apparaître avec des conséquences plus ou moins graves :

Non traitées, ces désordres peuvent empirer et contaminer d'autres parties de votre maison. Diverses causes sont possibles mais une mauvaise ventilation est la première de toutes !

 

Taux d'humidité normale ?

Il ne faut pas dire que l'ouverture des fenêtres ne sert à rien, mais on peut dire que c'est insuffisant ou alors, il faudrait ouvrir chaque deux heures, et laisser ouvert surtout lorsqu'on prend la douche et demi heure après, idem lorsqu'on cuisine.

Une salle de bain sans VMC ou sans extracteur n'évacuera pas l'humidité comme ça, même s'il y a une bouche d'aération naturelle haute et basse.

Le minimum à avoir, est :

- un extracteur à la salle de bain, en le faisant fonctionner pendant la douche et demi heure après, et on raccourcit la porte de façon à avoir un passage d'au moins 15 mm pour renouvellement de l'air sorti pas l'extracteur.

- une hotte aspirante à extraction (celle qui sort l'air dehors) et l'utiliser largement lorsqu'on cuisine, elle n'est pas là que pour le décor.

TOUTES les portes intérieures doivent être raccourcies (15 mm minimum de passage dans le bas)

- les fenêtres des pièces dites sèches : séjour, chambres doivent avoir une aération dans le haut.

Et bien sûr, si on peut installer une VMC standard, ou hygrométrique.

Sans ça, toutes les maisons (même les neuves) seraient insalubres.

Et aussi il faut tenir compte de l'hygrométrie extérieure qui influence l'hygrométrie intérieure.
Actuellement, chez moi, il y a 60% d'humidité à l'extérieur et 42% à l'intérieur dans le séjour. et c'est pareil dans les autres pièces. J'ai une hotte à extraction, un extracteur dans la salle d'eau, c'est tout. et je laisse toutes les portes intérieures ouvertes dans la journée. J'aère le matin une pièce après l'autre pendant 3 min (une seule fenêtre ouverte à la fois, et je fais fonctionner la hotte, à fond, qui sort 5 m3 à la minute.

A noter qu'une maison en rez-de-chaussée, même si elle n'est pas humide a toujours un plus fort taux d'hygrométrie que si elle est en étage. cela peut faire 10% de plus.

En attendant, si une chambre vous pose problème, laissez la porte ouverte ou au moins entrouverte, et faites fonctionner un simple ventilateur de temps en temps, posé sur une armoire. Il brassera l'air empêchera donc le confinement de l'humidité contenue dans l'air qui cause les moisissures, et aérez un petit moment de temps en temps au meilleur moment de la journée.

Evitez tous chauffages d'appoint tels que poêle à pétrole ou à gaz qui produisent largement autant d'humidité que de combustible consommé, ce qui pourrit littéralement les logements. A noter que l'utilisation de ces chauffages coûte plus cher que du chauffage électrique équivalent pendant la MEME DUREE. ce qui ne peut que favoriser les termites, les mérules et autres misères.

Dans la salle de bain mettez un radiateur soufflant CERAMIQUE un peu en hauteur et loin de toute projection d'eau, il chauffe très rapidement, donc vous ne le faites fonctionner que lorsque vous utilisez la pièce, d'où grosse économie par rapport à un chauffage en continu. (le coût du chauffage est surtout proportionnel à la durée d'utilisation)

De plus lorsque vous avez terminé, vous ouvrez la fenêtre et vous faites fonctionner le radiateur en simple ventilateur donc air froid, cela vous sèchera la pièce et l'assainira.

Pour le moment il vous reste à nettoyer toutes ces traces d'humidité, à bien sécher et à repeindre. Il existe de la peinture "anti humidité" qui est assez efficace dans ce cas. Mais surtout bien nettoyer et laisser bien sécher.

Votre hygromètre doit être juste. Par curiosité, contrôlez l'humidité à l'extérieur.

 

le taux hygrométrique de confort pour l'homme se situe entre 40 et 70/75%, taux souvent rencontrés dans les maisons d'habitation;mais un chauffage central (ou par convecteurs) dans une maison mal isolée peut facilement descendre en dessous de 40%, amenant une sensation de bouche sèche et de soif, comme une pièce humide (cuisine salle de bains) peut facilement dépasser transitoirement les 80%, avec sensations de "lourdeur" et de "trop chaud"...
l'apparition de moisissures est souvent liée à la présence de "points froids" entraînant une condensation ponctuelle, réfractaire à toute ventilation; ces points froid proviennent le plus souvent de ponts thermiques qu'il n'est pas facile de supprimer (jonctions dalle mur extérieur, ou poutre mur extérieur, par exemple...)

 

lorsqu'on a de la condensation et des moisissures sur les ponts thermiques, ce n'est pas psychologique.

Et 75%, c'est beaucoup trop, bien qu'on soit influencé par l'hygrométrie extérieure.

Ce n'est pas le chauffage produit par le fait de cuisiner, mais la vapeur des casseroles qu'il faut évacuer. le plus simple ouvrir un petit moment la fenêtre, si on n'a pas d'autre moyen.

Lorsqu'il pleut l'hygrométrie extérieur est au maximum, elle se répercute avec un décalage dans les maisons. Si on chauffe ça a tendance à sécher. J'ai connu des locaux non isolés chauffés avec du chauffage central au charbon, il n'y avait aucune condensation, à aucun moment, mais il ne faisait pas froid... on tombait le pull

L'excès d'humidité n'est pas bon pour les bâtiments, ni pour les humains, 60% à l'intérieur est un maximum à ne pas dépasser, et il faudrait se tenir en dessous.

Il faut bien avoir conscience que l'on produit de l'humidité : un litre d'eau par nuit et par personne avec la respiration, la transpiration.... 2 personnes dans une chambre de 10m2 non ventilée, c'est la saturation.

Il y a aussi le linge que beaucoup font sécher à l'intérieur, et un logement n'est pas une buanderie. Je sais : il n'y a souvent pas d'autre solution, mais alors là, il faut aérer encore plus souvent, et même en courant d'air pour évacuer cet excès d'humidité.

Avoir un hygromètre est une bonne chose pour se rendre compte.

Concrètement, oui les traces de noir sont signe qu'il faut agir:
-1 traiter la cause: supprimer les surfaces froides donc isoler (si possible)
-2 VMC permanente (effet à long terme, inutile d’espérer un effet immédiat)
-3 déshumidificateur électrique

 

 

 

 



Diagnostic immobilier proche de Florange

Diagnostic immobilier Audun-le-Roman
Nos diagnostics sont assurés
DPE Briey
Nos diagnostiqueurs sont certifiés